Imprimer

Les objectifs

PDU : CONCEVOIR LA MOBILITÉ DE DEMAIN

 

Le plan de déplacement urbain (PDU) est un document de planification qui traite de l’organisation des déplacements à court et moyen terme. À ce titre, il ne concerne pas uniquement les transports en commun mais bien l’ensemble des modes de déplacements tels que le vélo, la marche à pied, la voiture ou encore le train.

Un PDU doit permettre de renforcer la place des transports en commun et des mobilités dites “douces”. C’est en respectant ces deux objectifs qu’il offre à sa ville une nouvelle attractivité des transports collectifs et une diminution de l’usage de la voiture, contribuant par conséquent à donner une nouvelle bouffée d’oxygène à l’agglomération.

L’élaboration d’un PDU nécessite donc une coordination entre tous les acteurs concernés (autorités organisatrices, opérateurs, collectivités...) pour élaborer un projet global en matière d’aménagement du territoire et des déplacements.

Le précédent PDU (2000 – 2010) a notamment permis l’élaboration de la tarification solidaire et le prolongement de la ligne B. Preuves qu’il est le départ des grands aménagements que dirige le SMTC.

Un nouveau PDU pour l'agglomération grenobloise : 2014 - 2030

PDU mode doux

Les affinités en matière de modes de déplacement évoluent ; les besoins des usagers ont changé ; le réseau de transports en commun n’a pas cessé de s’élargir : aujourd’hui, nous décomptons chaque jour plus de 1,5 million de déplacements.

C’est pourquoi le SMTC a lancé en janvier 2010 l’élaboration d’un nouveau plan de déplacement urbain pour la période 2014 – 2030, visant à organiser dès aujourd’hui les mobilités de demain.

Il s’agit de s’adapter à un nouveau contexte :

Nouvel usage de la voiture : la hausse du prix du carburant et le développement de modes de déplacements doux expliquent la progressive diminution de l’usage de la voiture au profit des modes alternatifs et des transports publics. L’enquête ménages déplacement (EMD) réalisée en 2002 a très nettement démontré la stagnation de la part du marché de l’automobile à 53%, une performance rare au niveau national

Hausse significative de la fréquentation du réseau TAG : mis en place en 1973, le réseau TAG n’a cessé dès lors d’augmenter son nombre d’usagers, passant de 17 millions par an en 1973 à 77 millions en 2009. Son développement explique très largement cette hausse d’affluence, notamment avec la mise en service des lignes C et D du tramway, en 2006 et 2007

Développement des mobilités douces : alors qu’elles représentaient déjà 33% de l’ensemble des déplacements dans l’hyper-centre de l’agglomération grenobloise en 2002, les mobilités “douces” attirent, selon des comptages intermédiaires, de plus en plus d’adeptes

 

L’année 2012 a été entièrement consacrée à l'élaboration de scenarios sur l'organisation de la mobilité. À ce sujet, un temps fort de débat s'est tenu au cours du mois de décembre 2012 : Le Forum du PDU.
Ouvert à tous, le Forum a permis d'échanger et de débattre sur les déplacements de demain. 

L'année 2013 sera quant à elle dédiée à la mise au point du projet PDU et à la réalisation de l'enquête publique. Le nouveau PDU sera adopté en fin d'année 2013.
 

Les problématiques en débats

Suite à ces diverses évolutions, les différents acteurs concernés par l’élaboration de ce nouveau PDU ont considéré que le nouvel enjeu résidait dans la prise en compte du citoyen dans ses différentes facettes : riverain, usager et contribuable.

Il est alors sorti de ce constat plusieurs problématiques auxquelles le PDU devra répondre :

  • Comment faire tomber les barrières (pratiques, financières, psychologiques...) des citoyens en matière de modes de déplacements alternatifs à la voiture ?
  • Comment composer avec les contraintes budgétaires ?
  • Quel périmètre définir pour l’organisation des déplacements ?
  • Comment assurer la cohérence entre le futur PDU et les autres démarches et politiques de la région urbaine de Grenoble (Schéma de Cohérence Territoriale, schéma de secteur, Plan Local d’Habitat...) ?
  • Comment garantir l’articulation des projets urbains et des transports dans la région urbaine ?
  • Comment adapter la politique des déplacements à la prise en compte conjointe de l’incidence environnementale des 
transports et des besoins des citoyens ?

 

Retour en haut de page Imprimer la page