• Accueil
  • »
  • Actualités
  • »
  • Déplacements dans la Métropole Grenobloise : des tendances encourageantes !
  • »
Imprimer

Déplacements dans la Métropole Grenobloise : des tendances encourageantes !

La mobilité sur la métropole grenobloise et notamment son centre est un enjeu essentiel pour l’aménagement du territoire et le développement durable. Préoccupation constante du SMTC, la politique de mobilité est aujourd’hui entrée dans l’ère de la multimodalité afin de répondre au mieux aux demandes des habitants et usagers de la Métropole, tout en optimisant les investissements publics déjà réalisés ou à venir.

 

UN TRAFIC D’ÉCHANGES AVEC LES AUTRES TERRITOIRES DE LA RÉGION URBAINE À OPTIMISER

En 2010, 230 000 déplacements ont lieu chaque jour entre la métropole grenobloise et ses territoires voisins.
Parmi ces déplacements :

  •  72 % des déplacements en automobile sont encoreeffectués en autosolisme (fait de circuler seul dans une automobile).

  • La grande accessibilité à la région urbaine grenobloise reste difficile en train, ainsi que par l’aéroport localbde Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs.

  • Des chiffres d’usage du train en progression, mais avec une desserte inégale du grand territoire.

 

 

UNE ÉVOLUTION RAPIDE DES PRATIQUES DE MOBILITÉ, NOTAMMENT DANS LE COEUR DENSE

En 2010, 54 % des 1 800 000 déplacements liés à la Métropole étaient effectués en voiture, soit une baisse de 11 % entre 2002 et 2010. Une évolution qui se ressent beaucoup plus en interne au coeur dense de l’agglomération où le renforcement des réseaux tramway et bus a permis d’encourager de nouvelles pratiques :

  • Seulement 45 % des déplacements effectués en automobile.
  • 55 % des déplacements en mobilité alternative (dont 34 % en marche à pied).

Une part modale des TC en hausse de 5 points par rapport à 2002 dans les déplacements d’échange entre le coeur urbain dense et le reste de la région grenobloise pour les échanges entre le coeur dense et le reste du territoire.

 

UNE BAISSE SIGNIFICATIVE DU TRAFIC ROUTIER SUR LA VILLE CENTRE

Entre 2012 et 2014, le trafic sur les voies rapides urbaines a connu une stabilisation. Mais le résultat le plus remarquable est celui des entrées et sorties sur Grenoble :

  • Entre 2007 et 2014, le nombre d’entrées et sorties sur Grenoble est passé de 400 000 à 350 000 véhicules.

  • Les axes équipés de ligne de tramway connaissent des diminutions de trafic remarquables allant de -30 à -50 % selon les secteurs de la ligne C, et des premiers résultats encourageants sur la ligne E.

 

 

LES TRANSPORTS EN COMMUN ET LE VÉLO À LA HAUTEUR DES AMBITIONS

La mise en place du nouveau réseau de transports en commun s’est accompagnée d’une hausse de fréquentation de 13 % entre 2013 et 2015. Il s’accompagne d’une forte augmentation de l’usage des transports collectifs en nocturne et d’une offre étendue sur le coeur urbain dense. Parallèlement, l’usage du vélo a progressé de 32 % entre 2009 et 2015, avec un nombre de jours de location multiplié par 5 pour le service Métrovélo. Cette augmentation sans précédent de l’usage urbain du vélo est confirmée par une augmentation de 80 % du stationnement cycle constatée dans le centre de Grenoble, accompagnée par l’installation de nombreux arceaux.

MÉTROMOBILITÉ, UN NOUVEAU SOUFFLE POUR LA PROMOTION DES MOBILITÉS ALTERNATIVES

Le service Métromobilité est aujourd’hui un élément essentiel dans la promotion des mobilités alternatives et des nouvelles mobilités. Avec près de 25 000 téléchargements, l’application Métromobilité renseigne aujourd’hui 80 000 usagers chaque mois et les animations développées par l’agence Métromobilité touchent chaque année plus de 4 500 personnes en contact direct. Un soutien utile à de nouvelles pratiques de mobilité telles que le covoiturage et l’autopartage qui connaissent une progression plus importante chez les jeunes générations qui accèdent plus tardivement au permis de conduire.

A télécharger : Présentation des derniers chiffres déplacements dans la Métropole grenobloise

 

Retour en haut de page Imprimer la page